Home >> La décision permet aux patients de l’UE d’être remboursés pour un traitement en dehors de l’Union

La décision permet aux patients de l’UE d’être remboursés pour un traitement en dehors de l’Union

Les patients de l’Union européenne ayant reçu l’autorisation préalable de leur service national de santé ou d’un assureur d’être traités dans un autre pays Selon un nouvel arrêt de la Cour de justice des Communautés européennes, les frais sont couverts même s’ils reçoivent des soins médicaux en dehors du syndicat. La décision établit le principe selon lequel les autorités sanitaires d’un État membre sont liées par des décisions qui peuvent être prises par celles d’un autre État membre. L’affaire tourne autour d’Annette Keller, une citoyenne allemande vivant en Espagne. En octobre 1994, elle a reçu un formulaire E111, valable pour un mois, du service national de santé espagnol, Instituto Nacional de la Salud (Insalud), qui lui donnait droit à tout traitement immédiat dont elle pourrait avoir besoin lorsqu’elle visitait son pays natal. elle a été diagnostiquée comme ayant une tumeur maligne qui pourrait causer sa mort à tout moment. Elle a ensuite contacté les autorités espagnoles, qui lui ont fourni un formulaire E112. Après un examen attentif, les médecins allemands, sans consulter le système de santé espagnol, ont décidé que le seul hôpital qui pouvait traiter l’état de Mme Keller avec une efficacité scientifique reconnue était le privé Zurich. Clinique universitaire en Suisse. Ils ont envoyé Mme Keller en Suisse, où elle a été soignée. Elle a payé elle-même le coût de ses soins médicaux: 87 030 livres sterling (38 000 livres sterling, 38 500 livres, 73 300 livres et 56 300 livres). Lorsqu’elle a tenté de se faire rembourser, son assureur maladie, Insalud, a refusé, arguant qu’elle avait besoin d’une autorisation préalable avant d’être traitée dans un pays non membre de l’UE. Elle a également soutenu qu’elle aurait dû avoir l’occasion de proposer une protection de remplacement et de décider si son état mettait sa vie en danger diabète de type 2. Faisant suite à leur refus, Mme Keller a engagé une procédure judiciaire en Espagne. Bien qu’elle soit décédée en octobre 2001, sa famille a poursuivi l’action qui a finalement été déférée devant la plus haute juridiction de l’UE au Luxembourg. Dans leur décision, les juges ont noté que toutes les formalités dans les procédures E111 et E112 avaient été pleinement respectées. Ceux-ci garantissent qu’un patient a le droit de recevoir les mêmes soins que les citoyens de l’État membre de séjour (en l’occurrence l’Allemagne) et que les frais seront pris en charge par l’État membre d’affiliation (Espagne) pendant la période de validité des formulaires Ils ont également conclu que les médecins de l’État membre de séjour sont les mieux placés pour évaluer le traitement dont un patient a besoin. Si elles décident qu’il est urgent et ne peut être fourni par un autre pays, l’assureur de santé d’origine doit couvrir les coûts. Les juges ont noté que le principe s’appliquait même si le patient était transféré dans un pays non membre de l’UE. La Cour européenne de justice a ordonné aux autorités espagnoles de la sécurité sociale de rembourser le coût du traitement de Mme Keller à ses héritiers.