Home >> Salutations tardives du jour de la ménagère

Salutations tardives du jour de la ménagère

Ma mère est un échec &#x02014, elle n’a même pas de diplôme! Elle ne sera jamais professeur de médecine ou premier ministre, et un prix Nobel ne lui sert pas de lit. Le plus proche qu’elle ait été à un plafond de verre se cognant la tête dans sa serre balayée par le vent. Pansement puissant signifie une blouse propre et des cordes. Elle sculpte la stéatite dans les animaux et les vend aux Londoniens pâles qui voient Orkney comme un “ organique ” refuge. Ils “ sourire ” à son — elle “ sourit ” La journée de la mère a vu la course habituelle sur les boîtes de chocolats éventés des garages et des appels téléphoniques tardifs expliquant encore une fois que la carte est dans le poste. ” Mais la maternité n’est-elle pas défunte? N’est-ce pas seulement l’instrument d’oppression de la société par la société? Les femmes veulent de vrais emplois afin qu’elles puissent faire une réelle différence dans la vie des gens, plutôt que d’essuyer les nez morveux et de faire les devoirs des enfants, selon ce que vous croyez, être un parent est soit le voyage ultime de l’ego ou un acte désintéressé de servitude pour le futur de l’humanité. Ma femme et moi partageons la misère d’élever quatre enfants; nous sommes attachés à un tapis roulant de nettoyage, de rangement, de devoirs et de discussions bruyantes avec les enfants (c’est-à-dire en criant). Tout cela est entrecoupé de l’événement social occasionnel, où d’autres parias sociaux (parents) se conseillent sur le vin et la bière. Nous avons un dernier plaisir à regarder la copie parentale de “ ” Le jeune couple d’or, bronzé, mince de retour de ski &#x02014, se réjouit de sa première grossesse maladie du sommeil. Un an plus tard, leurs vêtements ont des coutures, leurs cheveux sont non coupés et crépus. Ils marchent dans les rues à 7 heures un dimanche matin &#x02014, de longs mensonges sont un souvenir douloureux. Leurs sourires transparents démentent le creux et nous sommes tout simplement géniaux. J’ai deux rêves récurrents au sujet de ma carrière médicale. Le premier est d’errer dans les allées des supermarchés à la retraite, avec des juniors et des collègues qui me coupent la gueule, qui ne sont plus forcés de me respecter ou de me parler. La seconde consiste à enfiler une blouse, à acheter une chèvre, à se mettre à la peinture et à «sourire»; chez les Londoniens pâles. Les deux rêves deviennent de plus en plus fréquents, car je réalise de plus en plus que les choses que nous ne pouvons pas posséder sont les seules choses qui valent la peine d’être possédées. Je pense que ma mère a élevé six enfants et que nous sommes tous raisonnablement heureux et satisfaits. Sa contribution à la vie est plus importante et significative que tout ce que je ferai. Alors merci, maman, d’être un si bon échec. À mon tour, j’espère recevoir un jour une boîte de chocolats rassis et des excuses boiteuses au sujet de la carte étant dans le poteau de mes enfants. Le rapport du RU recommande une meilleure planification pour les essais de drogue de phase I